Qualité de l’eau traitée

Qualité de l’eau traitée

La production de pâtes, papiers et cartons nécessite une grande utilisation d’eau, indispensable à son procédé de fabrication. Cette eau est mélangée à la matière première (fibres vierges ou recyclées) et passe toutes les étapes de fabrication. Elle en ressort avec des charges minérales et organiques et ne peut être réutilisée telle quelle. Elle doit donc être traitée avant d’être rejetée dans l’environnement afin de réduire les impacts sur les écosystèmes aquatiques (ex. : eutrophisation). La qualité de l’eau rejetée est encadrée par des normes strictes. Dans le secteur des pâtes et papiers, l’accent est mis sur le contrôle de la demande biochimique en oxygène cinq jours (DBO5) et des matières en suspension (MES), deux paramètres clés. La DBO mesure la consommation d’oxygène nécessaire pour décomposer les matières organiques dans l’eau. Plus la DBO est élevée, plus la pollution l’est aussi. Les MES sont des matières fines minérales ou organiques insolubles visibles à l’œil nu qui contribuent à rendre l’eau trouble et qui obstruent le passage de la lumière.

Selon l'Association des produits forestiers du Canada, au cours des  25 dernières années, l’industrie papetière a grandement amélioré la qualité de ses effluents. La DBO a été réduite de plus de 90 % et les MES de plus de 70 %. Cascades a suivi cette tendance. 


Portrait de la situation chez Cascades

Chez Cascades, 13 papetières sur 25 possèdent leur propre système de traitement. Pour les autres, les effluents sont traités par les usines de traitement des eaux des municipalités. Le traitement des eaux est requis principalement pour diminuer les matières en suspension et la demande biologique en oxygène. 

Débit de l’effluent

La pâte à papier, tout juste sortie du triturateur, est composée de 99 % d’eau et de 1 % de fibre. C’est donc dire que les usines de pâtes et papier sont de grandes consommatrices d’eau. Depuis 15 ans, les dioxines ont été éliminées des effluents et ces derniers sont maintenant sans effet toxique aigu grâce à l’installation de systèmes de traitement biologique dans les usines. Comme la qualité des effluents s’est considérablement améliorée, les usines de pâtes et papiers membres de l’Association des produits forestiers du Canada, dont Cascades fait partie, se concentrent maintenant à réduire leur consommation d’eau.

Portrait de la situation chez Cascades

À l’égard de l’utilisation de l’eau, Cascades détient un avantage concurrentiel indéniable par la composition de ses produits. En effet, la fabrication de papier recyclé requiert beaucoup moins d’eau que celle du papier vierge. 

Faits saillants

  • La très faible consommation d’eau est le résultat du recyclage de l’eau de procédé pour pratiquement toutes les applications. Ainsi, chaque goutte d’eau est réutilisée entre 10 et 40 fois avant d’être rejetée à l’extérieur pour être traitée.
  • En moyenne, la qualité de l’eau usée traitée et rejetée à l’environnement est de 7 à 9 fois meilleure que ce que les normes exigent.

Partager cette page